VODKA

vodka
Présentation de la vodka
La vodka est une boisson alcoolisée composée d’eau distillée et déminéralisée et d’éthanol distillé au maximum, mélangée parfois avec des fruits (fraise, cerise, citron,…) ou avec des épices (piments) pour y donner un meilleur goût puis filtrée par des filtres à charbon de bois pour la rendre plus pûre. Elle titre entre 37 et 97 degrés d’alcool (généralement 40 dans le commerce et peut être plus pour la vodka fait maison, selon le dosage et les choix des producteurs).
L'éthanol est extrait par distillation de matières premières: fruits, légumes, blé, amidon, orge, sarrazin, châtaignes, sucre, riz et même à partir du bois! La distillation se fait dans un alambic (de l’arabe al-ambic qui signifie vase à distiller). Il y a différents sortes d'alambic: alambic traditionnel, Alambic à colonne de reflux, Alambic à colonne de fractionnement et l'Amazing still qui est un alambic fait maison à la portée de tous.
Ce simple mélange encore frais et excentrique a ouvert la voie à la réputation de la Vodka comme une boisson de choix dans les fêtes et autres rassemblements sociales.

Article sur la fabrication de la vodka et recettes

Histoire de la vodka
La vodka est originaire de Russie et pas de Pologne contrairement à ce qu’affirment certains!

Un prototype de la vodka a été réalisé au XIème siècle par un médecin perse nommé Ar-Razi qui fut le premier à extraire l’éthanol par la fermentation mais le liquide fut exclusivement utilisé dans la médecine comme le Coran interdit la consommation d’alcool.
En Europe la première distillation du liquide saccharifère était faite par le moine-alchimiste italien Valentius.

histoire vodka En Russie, la vodka a fait son apparition à la fin du XIVème siècle. En 1386, le consulat de Gènes (Genova : ville portuaire dans le Nord de l’Italie) apporta à Moscou la « première vodka » (« aqua vitae » - « eau vive ») et l’a présenté au Prince de Russie Dmitriy Donskoï.
Les chimistes de Provence (France) non loin de Gènes ont utilisé l’invention arabe : la cucurbite pour transformer le moût de raisin en alcool.
Ainsi eu Europe sont nés de l’« aqua vitae » toutes les boissons fortes : le brandy, le Cognac, le Whisky, le Schnaps et la Vodka russe.
A la suite de la distillation du moût finissant de fermenter, le liquide volatile était perçu comme un concentré, l’« esprit » du vin (latin : spiritus vini), d’où vient le nom moderne de cette substance dans plusieurs langues, y compris le russe «спирт» (« spirt » - alcool).

Selon la légende, vers 1430 le moine Isidor du Monastère de Tchudov situé dans le territoire du Kremlin, a créé la recette de la première vodka russe. Ce fut l’auteur de la nouvelle boisson alcoolisée.
En 1533 fut introduit le monopole de l’Etat pour la production de la vodka et la vente sur le territoire russe.

En Russie, les boissons alcoolisées préparées à base d’alcool de céréales ont longtemps étaient appelées « vin de pain ».
Officiellement, le terme « vodka » fut établit dans l’ordre législatif, d’abord il apparait dans le décret de l’impératrice Elizaveta Petrovna publié le 8 juin 1751. Puis ce terme apparaît après presque 150 ans en rapport avec l’introduction du monopole de l’Etat sur la production et la vente de la vodka.
En 1789, le chimiste de Saint-Pétersbourg Toviy Lovits a proposé d’utiliser le charbon de bois pour le nettoyage de la vodka selon les huiles empyreumatiques.

Le 31 janvier 1865, Dmitriy Mendeleev a présenté sa thèse de doctorat « sur la liaison de l’alcool avec l’eau » théorie des solutions consacrée sur la base des études de la solution d’eau de l’alcool. Les opinions sur les conclusions de cette thèse se séparent. Certains pensent que dans cette dissertation Mendeleev a proposé un contenu d’alcool dans la vodka de 40°.
Selon le musée de la vodka à Moscou, Mendeleev trouvait que la meilleure vodka titrait à 38° mais les taxes de l'époque étant calculées sur le taux d'alcool, c'est le titre de 40° qui fut conservé pour faciliter la tâche des services fiscaux.
Cependant d’après I. Dmitriev, directeur du musée-archives de Mendeleev, Dmitriy Mendeleev ne s’intéressait pas du tout aux concentrations des solutions d’alcool caractéristiques pour la vodka et ne tentait pas de définir le titrage optimal de la vodka. Il étudiait des solutions avec des plus hautes concentrations.

De plus Mendeleev ne buvait pas de vodka, il préférait du vin sec. Il disait que la vodka est une source de ressources pour le trésor public de l’Etat.

En 1894, le gouvernement russe a breveté la vodka titrée à 40° et filtré par le charbon en qualité de vodka nationale nommée «Московская особенная» (De moscou la particulière).

En 1914, le Tsar Nicolas II a prohibé l’alcool pendant la période de la guerre. A partir de décembre 1917, le gouvernement soviétique a prolongé l’interdiction sur la production et la vente d’alcools pendant la première guerre mondiale. L’interdiction fut levée au début de l’année 1924.

vodka russe Attaque des pays de l’Ouest contre la vodka russe
La question à qui appartient la production de la vodka n’a jamais eu raison d’être soulevée au cours des derniers siècles ainsi que de nos jours si cela ne relevait pas d’une importance d’Etat. Ainsi en automne 1977, les pays d’Europe et les USA ont provoqué une affaire de priorité dans la fabrication de la vodka, supprimant la priorité de l’URSS, boycottant et discriminant les marques de vodka soviétique. Suit simultanément une menace de priver à «Союзплодоимпорт» (importateur de vodka) le droit de vendre et faire de la publicité pour cette marchandise comme « vodka » puisque une série de sociétés américaines a commencé à prétendre aux droits d’utiliser le nom « vodka » seulement pour leurs marchandises soi-disant parce qu’ils ont commencé la production plus tôt que les sociétés soviétiques.

Au début ces prétentions n’ont pas été prises au sérieux par les organisations soviétiques de commerce extérieur, car les firmes concurrentes indiquaient que la production de la vodka en URSS a commencé après le 26 août 1923 selon le décret ЦИК et СНК de l'URSS, alors que chez eux soi-disant largement avant, en 1918-1921. Sachant que pendant ces années, dans les pays d’Europe et les USA furent construites plusieurs entreprises d’eau-de-vie par des anciens fabricants russes qui ont fuit la Russie Soviétique.

Mais bien que le gouvernement Soviétique a réellement interdit la production de la vodka à partir de décembre 1917 et ne l’ai reprit qu’en 1924, soit 6 ans, il était juridiquement très facile et historiquement de prouver que, premièrement le gouvernement Soviétique a simplement prolongé l’interdiction du gouvernement royale précédent à la production et le commerce de la vodka pendant la première guerre mondiale, il suffisait alors de prouver juste l’existence de l’interdiction faite par le gouvernement précédent ; et deuxièmement sa prouvait juste la succession du monopole de l’Etat et ses droits à arrêter et relancer la fabrication selon ses désires. En conséquence de quoi la date du 26 août 1923 n’avait aucun rapport avec le début de la production de la vodka en URSS et sur la priorité de l’usage du nom original « vodka » puisque ce nom est apparu non avec le renouvellement de la production après 1923, mais en raison de l’invention de la vodka en Russie à l’époque du Moyen Age. Donc les pays prétendant à l’exclusivité de l’utilisation du nom « vodka » sur leur territoire, doivent présenter des informations concrètes et convaincantes prouvant une date de début antérieure de production de vodka sur leur territoire. Ainsi toutes les marques européennes et américaines et les firmes des émigrants russes tel que Smirnoff, Eristoff, Gorbatchev, Keglevitch et autres furent obligés d’enlever leurs prétentions et ne pouvait désormais que seulement se défendre avec la publicité en ventant la qualité de leur marque.

vodka russie La deuxième attaque
Comme la première attaque était relativement facile à contrer, cela a amené à ce que «Союзплодоимпорт» s’est trouvé non préparé face à la deuxième attaque du monopole de la vodka PNR et perçu comme un coup de poignard dans le dos. Celle-ci affirmait qu’en Pologne la vodka fut fabriquée et produite avant que dans l’Empire russe et que donc vendre ces marchandises et faire la pub sur le marché avec le nom « vodka » n’avait le droit que la Pologne qui produisait la « Wodka wyborowa », « Kristall » en même temps que «Московская особая», «Столичная» et autres qui perdaient le droit de s’appeler vodka et devait trouver d’autres noms.

«Союзплодоимпорт» n’ont pas donné de signification sérieuse à cette menace, car il semblait tout à fait absurde que l’ami voisin qu’est la Pologne impose ces exigences paradoxales. Cela avait l’air d’une mauvaise plaisanterie car tout le monde connait la vodka comme une boisson nationale russe et anciennement produite en Russie et que donc elle ne peut pas comme ça perdre son nom historique et national selon les caprices de l’occident.

Mais les lois du marché capitaliste sont sévères, ils ne prennent pas en compte les traditions. Ils demandent une preuve formelle et convaincante sous forme documentaire, juridique ou historique établissant une date d’invention, de première exportation ou production de la vodka. C’est la date qui donne le droit de définir la priorité du propriétaire pour l’invention et la production.

Les européens avaient tous définis la date de leur boisson : cognac : 1334, Whisky anglais : 1485, whisky écossais : 1490-1494, schnaps allemand : 1520-1522.
Donc pas d’exception pour la vodka. L’URSS et la Pologne doivent présenter leur date.
Telle était la situation au début de l’année 1978, moins d’un an après la première attaque.

«Союзплодоимпорт» s’adresse alors à l’Institut de l’histoire de l’académie des Sciences de l’URSS et au VNII des produits d’alcools. Au printemps 1979, l’étude a été écrite. Nous vous proposons en exclusivité la lecture de cette étude (en russe).
(Cliquez sur l'image pour télécharger le pdf)
histoire de la vodka

L’étude a été complètement dédiée à la recherche de la date de début de production de la vodka et comme il n’y avait pas de sources documentaires fiscales, on a analysé la terminologie de la distillation et étudié la signification du terme « vodka » ainsi que les caractères des conditions historiques dans lesquelles a pu apparaître le produit.
On peut remarquer dans ce livre que l’auteur répond à toutes les questions ne laissant place à aucuns doutes possibles sur les arguments proposés, pour ne pas à la suite donner des réponses supplémentaires au jury. L’auteur a pris en compte tout ce qu’un lecteur aurait pu penser lors de la lecture du livre.
Cette étude ne fait pas que répondre à la question de la date mais aussi expliquer pourquoi ça c’est passé exactement à cette période et pas avant ni après. Elle a aussi répondu à la question sur la production des alcools forts dans les pays voisins : Ukraine, Pologne, Suède, Allemagne. Les dates correspondaient à celles qu’avaient données les autres pays au jury.
Quand à la Pologne, ses représentants n’ont pas pu prouver que «gorzalka» (le premier nom de la vodka en Pologne) a été créée avant le milieu du XVIème siècle. De plus l’auteur russe a amené des données déplaçant la date de naissance de la vodka dans le royaume polonais (en réalité sur le territoire de l’Ukraine actuelle) d’une décennie avant cette date, c’est-à-dire en 1540, mais c’est tout de même largement plus tard que la date de création de la vodka en Russie.

En 1982, le jury international a incontestablement fixé la priorité de la création de la vodka à l’URSS comme la boisson alcoolisée originale russe et le droit exclusif pour sa publicité sur le marché mondial.

Faits intéressants
* Le mot vodka est le diminutif du mot russe "вода" (eau), "водочка", "водичка",...
* La vodka est la boisson la plus propre au monde des boissons alcoolisées, avec le contenu le plus bas en huiles empyreumatiques.
* La vodka est le plus souvent composée de 40% d'alcool de 60% d'eau.
* Pour ne pas être très saoule lors d'une soirée il faut boire 2-3 heures avant 50g de vodka.
* Dans 100 grammes de vodka il y a 235 calories.
* Il n'y a pas de vodka sans alcool.
* Le premier endroit où l'on pouvait boire de la vodka a été créé à Moscou en 1533.
* Il y a un musée de la vodka à Moscou qui était à Saint-Pétersbourg avant 2006.
* En 1977 la Pologne a essayé de prétendre aux droits sur la vodka mais un historien russe a démontré que la vodka est apparue en Russie 1 siècle avant qu'en Pologne et donc le jury international a rejeté les prétentions de celle-ci.
* En Russie on boit la vodka cul-sec et après on renifle du pain ou des cornichons malossol pour faire passer le goût.
* En mettant la vodka au congélateur, le goût de la vodka s'améliore.
* La vodka ne gèle pas dans le congélateur parce que la température de fusion (c'est-à-dire quand sa devient solide) de la vodka (éthanol) est à -114,4°C et dans le congélateur il fait -18°C.

Liste de vodkas russes et autres
Vodkas russes
Арго, Афанасий Никитин, Балтийская, Белая березка, Беленькая, Белуга, Белый доктор, Богатство Сибири, Богородская, Борская особая, Ваш выбор, Веда, Вереск, Владевка, Восточная Роса, Восточно-Сибирская, Высота, Гербовая, Гжелка, Гимаевская, Главспирттрест, Дипломат, Довгань, Журавли, Золотой Велес Зеленая марка, Исток, Каменная чаша, Карелия, Катюша, Крепкая, Кристалл, Кубанская, Лимонная, ЛИВИЗ завод, Московская, Московская особая, Мягкий знак Мягкий МЕДИУМ, Национальная валюта Люкс, Нижний Новгород, Нижегородский кремль, Никита Кожемяко, Охотничья, Охта, Парламент, Посольская, Преображение Пшеничная, Путинка, Пять озер, Русская водка, Русский размер, Русский стандарт, Русский Бриллиант, Санкт-Петербург, Старая Казань, Старый Нижний, Смирновка Синопская, Старорусская, Спасская Даль Оригинальная, Старосельская, Скобарь, Старая Москва, Старка, Старая русская водка, Столичная, Томичка, Тверь Флагман, Ханская, Хлебная Особая, Хорошая, Экстра, Юрий Долгорукий, Ямская, Ясон, Kauffman, XXI Век

Autres vodkas
Nemiroff (Ukraine), Absolut (Suède), Finlandia (Finlande), Wodka Gorbatschow (Allemagne), Iceberg Vodka (Canada), Silent Sam Vodka (Canada), Puschkin (Allemagne), Smirnoff (USA), SKYY (USA), Reyka Vodka (Islande), Grey Goose (France), Ketel One (Pays-Bas), Three Olives (Angleterre), Wyborowa (Pologne), Żubrówka (Pologne)